Rechercher
  • Charlotte Le Blan

Quels logements pour les personnes âgées demain ?

Aujourd’hui, on compte environ 18 millions de personnes âgées de plus de 60 ans en France. Dans dix ans, elles seront 21 millions. Mais c’est surtout la projection du nombre de personnes âgées de plus de 85 ans qui interpelle : elles seront 2,5 millions en 2030 et 3,5 millions en 2040.



Au regard de la croissance annoncée du nombre de personnes âgées de plus de 60 ans au cours des prochaines décennies, on peut légitimement s’interroger : où et comment vont vivre ces personnes ? Actuellement, 611 000 personnes vivent dans un Ehpad et 104 000 en résidence autonomie. La grande majorité des personnes âgées de plus de 60 ans vit chez elle. La loi « Grand âge et autonomie » se fait attendre, mais deux éléments sont d’ores et déjà identifiés : les personnes veulent vieillir chez elles et la priorité actuelle des pouvoirs publics est de favoriser les alternatives à l’Ehpad.

Si vieillir chez soi est la solution plébiscitée par les Français, encore faut-il définir la notion de « chez soi » : s’agit-il du domicile dans lequel la personne vit depuis des dizaines d’années ? Ou bien d’un nouveau logement où elle pourrait se sentir bien ? Pour ce qui est des alternatives à l’Ehpad, on dénombre de nombreux projets visant à créer un « chez soi » qui serait le lieu où la personne se sent bien, où elle recrée son environnement, mais qui serait plus adapté à ses besoins : l’habitat partagé et l’habitat inclusif, les résidences autonomie et services, les familles d’accueil, le béguinage, l’habitat intergénérationnel, l’Ehpad hors les murs… D’autres encore vont certainement voir le jour au gré des besoins et de l’imagination. Ces propositions sont intéressantes mais il nous semble important de nous attarder sur le « chez soi » initial, qui est le logement dans lequel on vit depuis longtemps et dans lequel on a ses habitudes.


Seulement 6% des logements sont aujourd’hui adaptés aux besoins des personnes qui vieillissent


Le fait de rester dans son domicile « initial » semble être la solution idéale. Toutefois, il faut prévoir qu’avec le temps, les personnes devront probablement faire appel à des soutiens extérieurs pour être aidées dans leur quotidien (toilette, cuisine, soins…). Aussi, il sera sûrement nécessaire de réaliser des aménagements – on estime que seulement 6% des logements sont aujourd’hui adaptés aux besoins des personnes qui vieillissent.

Il est possible d’aménager son logement et il est recommandé d’anticiper pour éviter de faire des adaptations en urgence, une fois qu’un problème est survenu.

Actuellement, une campagne de remplacement des baignoires par des douches est en cours. Cette tendance est renforcée depuis le 1er janvier 2021 avec l’obligation, pour toutes les nouvelles constructions d’appartements en rez-de-chaussée et de maisons individuelles, d’avoir une douche à l’italienne.




Mais la douche n’est pas toujours la bonne solution. Des adaptations personnalisées sont possibles et souhaitables. D’ailleurs, la salle de bains n’est pas la seule pièce à risques, loin de là. Une étude récente de Santé Publique France montre que ce sont principalement dans la chambre et le salon que les chutes ont lieu, et que c’est la présence d’escaliers et de marches qui fait dire aux personnes que leur logement n’est pas adapté à leur état de santé. Des spécialistes du sujet, comme les ergothérapeutes, préconisent des solutions adaptées. Il ne faut pas hésiter à faire appel à leur expertise. Avec un plan d’action personnalisé à ses besoins actuels et futurs, tant en termes d’adaptation de son habitat que de la perspective de se faire aider lorsqu’une difficulté surviendra, une personne peut accéder à son désir de rester chez elle, sauf si une trop grande dépendance devient un risque.



Toutefois cette solution peut entraîner une forme d’isolement : vivre chez soi ne veut pas dire être entouré. L’alternative consistant à vivre dans un habitat partagé va probablement séduire beaucoup de citoyens pour qui la priorité à terme est de ne pas être isolé, tout en profitant du confort de leur propre logement.


Reste à construire tous ces logements…


Charlotte Le Blan - janvier 2021 - Usbek & Rica

3 vues

Posts récents

Voir tout